Journée printanière

Se confiner quand on n’a pas de chez-soi ? Retour sur une enquête menée en France

Événement en présentiel

*Cet événement en présentiel est limité à 30 personnes portant le masque et en respectant la distanciation sociale. La tenue de l’activité est assujettie à tous changements en lien avec les règles sanitaires en vigueur.*

Mars 2020, la France est confinée. Mais comment peut-on se confiner chez-soi lorsque l’on vit à la rue ou bien dans des hébergements collectifs ?

Dans le cadre de cet événement, ce sont les ajustements de l’action publique en termes d’hébergement qui seront explorés à partir d’une recherche collective en cours (ANR COVABRI), menée dans une ville moyenne du sud-est de la France.  

Face à l’injonction au « restez chez vous » qui touchait tout un chacun en mars 2020, l’Etat, au niveau national et au niveau local, s’est engagé à « mettre à l’abri » les sans-abri. Mais, dans quel type d’habitat les sans-abri ont-ils été confinés ? Pour combien de temps ? Et dans quelles conditions ? Ce confinement des sans-abri s’inscrit-il dans une perspective du droit à l’hébergement ou plutôt dans une perspective de devoir de confinement ? En explorant les réponses en termes de « mise à l’abri », cette conférence propose d’analyser comment la pandémie vient révéler la configuration de l’hébergement des sans-abri et ses enjeux en termes d’habiter.