Suivi dans la communauté

Certaines personnes en situation d’itinérance sont longuement restées à la marge des services sociaux et de santé. Pour certaines, les rapports de contrôle constituent un frein majeur à leur investissement dans une relation d’aide. D’autres présentent un état mental perturbé qui limite leur évaluation de leur situation. Une tâche importante pour l’intervenantE consiste alors à offrir un contexte propice pour faire alliance et établir un lien avec des personnes marginalisées et souvent méfiantes. Le suivi dans la communauté, le respect du rythme de la personne et l’accompagnement apparaissent comme des modalités d’intervention centrales à la création d’un lien. Le suivi dans la communauté suppose par ailleurs de clarifier les paramètres d’une relation hors des bureaux.

 

Cinq principes d’intervention pour orienter le suivi dans la communauté et la création du lien:

Pour voir ce que ça veut dire sur le terrain, lisez les récits de pratiques:

Dérangeant ou dangereux?

« On évolue avec le lien, avec les personnes, avec ce qu’on sent qu’elles sont capables de donner. »
Projet Chez soi à Montréal
 Équipe de suivi à intensité variable (SIV), Diogène

Prendre la parole au sérieux, malgré le délire. Une histoire de futon

« Il faut accepter de “parler psychotique”, ne pas voir peur d’aller dans l’irrationnel avec elle. Sinon nous ne pourrons pas l’aider. »
Projet Chez soi à Montréal
 Équipe de suivi à intensité variable (SIV), Diogène

Faire alliance avec un individu aux prises avec un délire de persécution

« Tout était ouvert. Il connaissait mes inquiétudes et je respectais ses réticences.
Nous avons tous les deux fait un bout de chemin. »
Projet Chez soi à Montréal
 Équipe de suivi à intensité variable (SIV), CSSS Jeanne-Mance

Une psychiatre à domicile

« L’état mental s’inscrit dans un cadre, dans une communauté, dans un environnement. Ce sont tous des facteurs qui entrent en ligne de compte dans l’évaluation d’une bonne santé mentale. »
Projet Chez soi à Montréal
 Équipe de suivi intensif dans le milieu (SIM), CSSS Jeanne-Mance

Accompagner la sortie de la rue d’un homme psychotique dont on ne connaît ni l’identité, ni l’histoire

 « Nous avons continué de le visiter sous sur arbre pendant des mois sans connaître son nom.»
Projet Chez soi à Montréal
 Équipe de suivi intensif dans le milieu (SIM), CSSS Jeanne-Mance

Accompagner vers les services une dame qui voit des anges

« Il y a un équilibre à garder entre entrer dans le délire de quelqu’un et s’y laisser absorber.
Il faut travailler avec la partie de la personne qui est en contact avec la réalité. »
Projet Chez soi à Montréal
 Équipe de suivi à intensité variable (SIV), Diogène

Face à l’agressivité : sortir des cadres établis

« Si un jour nous pouvons prendre un café avec lui, que nous le terminons et que nous nous saluons en quittant les lieux, nous serons à des années-lumière de là où nous étions au départ du suivi. »
Projet Chez soi à Montréal
 Équipe de suivi à intensité variable (SIV), CSSS Jeanne-Mance

Le défi de la construction du lien et sa fragilité

« Cette approche centrée sur le lien s’avère confrontante pour d’autres intervenants habitués à intervenir dans une logique de résolution de problème. »

Équipe itinérance, CSSS-IUGS de Sherbrooke

Intervention auprès d’une femme Inuite : du soin au travail de traduction

 « Son état de santé inquiète les intervenants et c’est pourquoi ils me demandent d’aller la rencontrer sur la rue. »

Équipe itinérance, CSSS Jeanne-Mance, Montréal

Les défis du mandat d’une équipe itinérance : prévenir les glissements

Doc : Récit D  « Nous devons être davantage présents dans les milieux afin de rejoindre les personnes qui ne viennent pas vers les services. »
Équipe itinérance, CSSS Jeanne-Mance, Montréal

Outreach : un réseau de collaboration indispensable

 « Afin d’avoir un portrait plus complet de la situation de la personne qui nous est signalée, nous devons recueillir de l’information auprès du réseau qui gravite autour d’elle au quotidien.»
Équipe itinérance, CSSS Jeanne-Mance, Montréal