Le développement de l’empowerment des filles

« Les filles dansaient [nues ou légèrement vêtues], c’était le gros truc, le moyen de faire de l’argent. J’ai vu la différence entre les filles qui allaient au basket et les filles qui n’allaient pas au basket. On a beaucoup moins de temps libre à passer dans la rue ou dehors à niaiser ou peu importe, alors on a moins le temps. Quand on arrive, il est 18h00, on vient de finir le basket, pis on est fatiguée, pis la seule chose qu’on pense, c’est rentrer chez-nous, manger et faire les devoirs. Oui, oui ça m’a évité bien des problèmes.»

-Ancienne participante de Bien dans mes baskets

Cette étude a été menée par Stéphanie Simard dans le cadre de ses études doctorales en kinésiologie à l’Université de Montréal.

Question centrale de l’étude:

Quels sont les éléments fondamentaux du programme Bien dans mes baskets (BdmB) contribuant au développement de l’empowerment chez les athlètes-étudiantes?  

Qu’entendons-nous par « empowerment »?

Dans le cadre de cette étude, la définition suivante a été retenue :

  • C’est un processus, c’est-à-dire un ensemble d’étapes ou de démarches aboutissant à un changement, à l’acquisition de pouvoir ou à une prise de contrôle.
  • Une augmentation du pouvoir résulte en la capacité de faire des choix et de transformer ces choix en action ou en résultats désirés.

Quels sont les points clés qui se dégagent de la synthèse des écrits sur le processus d’empowerment en contexte sportif?[1]

La littérature traitant du processus d’empowerment chez les filles et les femmes dans un contexte sportif peut être divisée en trois grandes thématiques :

  • Le développement d’un meilleur sentiment de compétence corporelle;
  • Le développement d’habiletés personnelles et sociales;
  • Le gain de confiance en soi.

Qu’est-ce ce qui a été fait?

L’approche qualitative a été privilégiée. Des entrevues semi-dirigées avec sept filles ont été réalisées âgées de 18 à 21 ans ayant participé au programme BdmB lorsqu’elles faisaient leurs études secondaires.

Ce n’est pas une analyse différenciée selon le sexe, c’est-à-dire ne vise pas à comparer les hommes et les femmes.

Quels sont les principaux facteurs contribuant au développement de l’empowerment chez les filles?

Les résultats suggèrent que la pratique sportive, combinée à une intervention psychosociale, peut contribuer au développement d’un plus grand contrôle sur sa vie. Cette amélioration serait le fruit de divers apprentissages cumulatifs, dont :

1) Le développement et le transfert d’habiletés de vie :

Deux habiletés sont apparues plus directement en lien avec le processus d’empowerment et la prise de contrôle sur sa vie : se fixer des objectifs et développer des stratégies pour les atteindre.

2) La capacité à résister aux influences externes négatives :

Il semble que la participation au programme les ait aidées, à des degrés variables, à être plus en contrôle lors de situation où elles étaient vulnérables et à être davantage en mesure de faire les « bons choix ».

Quatre principaux facteurs semblent avoir joué un rôle déterminant à cet égard :

  1. la valorisation au sein du programme (sentiment de valorisation personnelle)
  2. L’importance du programme  (aux yeux des participantes, fait que le basket constituait leur centre d’intérêt prioritaire)
  3. La crainte des conséquences (d’un comportement inadéquat sur la participation au programme) semble avoir contribué à prévenir les comportements délinquants
  4. La combinaison de l’intervention psychosociale et sportive

3) La persévérance scolaire et les aspirations professionnelles :

Trois principaux éléments semblent avoir favorisé la persévérance scolaire et les aspirations professionnelles des participantes :

  1. L’aspect social et plaisant du programme; 
  2. La formation en travail social des entraineur-es-intervenant-es (Certains entraîneur-es-intervenant-es ont une formation en travail social et portent le titre de travailleurs sociaux. D'autres présentent un profil différent mais ont reçu de la formation dans le champ du travail social au cours de leur implication à BdmB);
  3. Les composantes du programme (ex. l’aide aux devoirs, les bourse d’études).

 

Pour en savoir plus 

Simard, S., Laberge, S., Dusseault, M. Empowerment revisited: How social work integrated into a sports programme can make a difference. Journal of Sport for Development. 2014;2(3)(consulté le 11 février 2015).

Simard, S., Laberge, S. et Dusseault, M. (2011) Le sport collectif comme contexte d’empowerment chez des jeunes à risque de décrochage scolaire et de délinquance? Montréal : Document synthèse la thèse de doctorat de Simard. S. (2013) intitulée « Le développement positif des jeunes en contexte parascolaire : évaluation du programme d’intervention psychosociale BDMB », Université de Montréal. (consulté le 25 février 2015)

Simard, S., Laberge, S., Dusseault, M. (2011) “Empowering At-Risk Adolescent Girls Through Sport Involment” affiche présentée dans le cadre d’un événement de International Sport Sociology Association à la Havane. Cuba.


[1]  Tiré de Simard, S. Laberge, S., Dusseault, M. (2011). Le sport collectif comme contexte d’empowerment chez des jeunes à risque de décrochage scolaire et de délinquance? Montréal : Document synthèse la thèse de doctorat de Simard. S. (2013) intitulée « Le développement positif des jeunes en contexte parascolaire : évaluation du programme d’intervention psychosociale BDMB », Université de Montréal. (consulté le 25 février 2015)