Encourager la créativité nécessaire pour intervenir auprès de populations marginalisées

Les gestionnaires doivent être partie prenante de la mission des équipes spécialisées en itinérance. Offrir des services à des individus auxquels les autres ressources ne répondent pas ou ne répondent plus, demande de la créativité … et les moyens de cette créativité.

Par exemple, ça peut vouloir dire…

  • Le support, la confiance et la compréhension des gestionnaires sont essentiels pour avoir la possibilité d’emprunter de nouvelles avenues dans l’intervention et de sortir des sentiers battus.
  • Dans un contexte d’intervention de proximité, les intervenantEs se retrouvent souvent devant la nécessité d’étirer la norme professionnelle afin de faciliter leurs interventions.
  • Certaines pratiques atypiques sont essentielles pour faciliter leur travail au quotidien. Par exemple, la tenue de dossier représente un défi particulier pour les intervenantEs appelés à se déplacer fréquemment sur des heures irrégulières dans le cadre de leurs interventions dans le milieu (outreach).

Devant la complexité des situations et l’interrelation des problématiques, il est nécessaire d’intervenir au cas par cas.

Par exemple, ça peut vouloir dire…

  • Se permettre d’être déstabiliséE comme intervenantE et d’apprendre auprès des personnes. Il faut travailler la compréhension d’une approche d’intervention et de ses nombreuses subtilités dans la relation d’intervention.
  • Les nouvelles approches sont le fruit d’ajustements constants des façons de faire pour répondre à une situation donnée. L’innovation dans l’intervention a diverses sources : l’expérimentation, le partage des expériences et des expertises entre collègues, le savoir des pairEs aidantEs; les moyens proposés par les personnes desservies.
  • Lorsqu’on ne voit plus comment dénouer une situation, il est bon de faire appel à un autre regard : d’autres membres de l’équipe, des intervenantEs de l’extérieur ou des consultantEs.
  • Il est notamment utile de multiplier les occasions d’échanger entre professionnels pour raffiner le jugement clinique.
  • Les outils de travail utilisés dans d’autres milieux d’intervention peuvent être adaptés.

Pour en savoir plus, consultez les récits de pratiques, et notamment:

Communiquer dans un univers en mouvement : l’organisation d’une équipe SIM

« On n’arrête pas les services, on n’arrête pas les soins, ni la communication. J’ai la chance d’avoir toutes ces personnes autour de moi qui ont leurs propres expertises. On a toujours un coup d’avance. »
Projet Chez soi à Montréal
 Équipe de suivi intensif dans le milieu (SIM), CSSS Jeanne-Mance

Garder le cap de l’approche du rétablissement axé sur les forces des personnes

« Travailler en rétablissement, c’est d’abord de se gérer soi-même comme intervenant avant d’avoir la prétention de gérer la vie de l’autre. »
Projet Chez soi à Montréal
 Équipe de suivi à intensité variable (SIV), Diogène