Collaborations et accès au soins

Une caractéristique première des services spécialisés en itinérance est de se situer à l’interface des personnes à la rue, des services publics (hôpitaux, services sociaux, santé publique), du réseau des organismes communautaires et des divers acteurs concernés par ces populations (police, municipalité, gouvernement provincial, propriétaires, commerçants). Les équipes en itinérance exercent ainsi une forme de « direction tranquille » dans le développement de pratiques adaptées, intersectorielles et multidisciplinaires pour améliorer la qualité de vie et la santé de personnes à la rue qui font le plus souvent face à un cumul de problèmes et à des situations complexes.

Que ce soit pour favoriser l’accès aux soins et aux services, faire du repérage actif, reconstruire l’histoire médicale et sociale de la personne à la rue, développer des projets ou mettre en place des interventions concertées, la collaboration est porteuse de solutions pour les personnes en situation d’itinérance. Cela dit, faire reconnaître la spécificité des meilleures pratiques auprès des personnes à la rue qui vivent une multiplicité de problèmes (intervention à long terme, travail dans le milieu, importance de l’informel, création du lien, intensité du suivi) en regard des autres services peut constituer un défi important.

 

Six principes d’intervention en lien avec la collaboration interprofessionnelle, l’accès aux soins et les enjeux de gestion d’équipes spécialisées en itinérance :

Pour voir concrètement ce que ça veut dire, lisez les récits de pratiques:

Trouble délirant et vie à la rue : interventions de médiation pour limiter la judiciarisation

 « À la sortie de prison, c’est souvent un retour à la rue. Et le cycle recommence. L’accompagnement des personnes dans leurs démarches juridiques et le travail de médiation auprès des policiers fait partie de la réhabilitation sociale. »
Projet Chez soi à Montréal
 Équipe de suivi intensif dans le milieu (SIM), CSSS Jeanne-Mance

De la rue au CHSLD : franchir les barrières de l’itinérance

« Viens un moment où il faut que tu trouves quelqu’un qui croit en toi comme intervenant. J’avais besoin que quelqu’un d’autre fasse du poids. »
Projet Chez soi à Montréal
 Équipe de suivi intensif dans le milieu (SIM), CSSS Jeanne-Mance

Avoir des papiers pour exister

 « Nous desservons des personnes qui défient toutes les catégories administratives. En tant qu’intervenant, ça demande de connaître le système sur le bout des doigts »
Projet Chez soi à Montréal
 Équipe de suivi intensif dans le milieu (SIM), CSSS Jeanne-Mance

Accompagner vers les services une dame qui voit des anges

« Il faut pousser un peu, sans la brusquer. Je cherche l’appui des gens autour de Françoise et en qui elle a confiance. »
Projet Chez soi à Montréal
 Équipe de suivi à intensité variable (SIV), Diogène

Communiquer dans un univers en mouvement : l’organisation d’une équipe SIM

« On n’arrête pas les services, on n’arrête pas les soins, ni la communication. J’ai la chance d’avoir toutes ces personnes autour de moi qui ont leurs propres expertises. On a toujours un coup d’avance. »
Projet Chez soi à Montréal
 Équipe de suivi intensif dans le milieu (SIM), CSSS Jeanne-Mance

Le défi de la construction du lien et sa fragilité

« Cette approche centrée sur le lien s’avère confrontante pour d’autres intervenants habitués à intervenir dans une logique de résolution de problème. »
Équipe itinérance, CSSS-IUGS de Sherbrooke

Intervention auprès d’une femme Inuite : du soin au travail de traduction

 « Il fallait trouver des alliés dans sa culture pour nous rapprocher d’elle et répondre à ses besoins. »
Équipe itinérance, CSSS Jeanne-Mance, Montréal

Les défis du mandat d’une équipe itinérance : prévenir les glissements

 « En centralisant les services aux personnes itinérantes dans un seul CSSS, nous risquons d’engendrer une ghettoïsation. »
Équipe itinérance, CSSS Jeanne-Mance, Montréal

Faire face à l’impuissance : personne âgée et trouble de personnalité

« C’est l’ensemble du réseau qui a éprouvé un profond sentiment d’impuissance face à la situation de cette dame. »
Équipe itinérance, CSSS Jeanne-Mance, Montréal

Aide sociale : de l’accompagnement à l’advocacy

 « Nous voyons notre implication dans le cadre de demandes d’aide sociale comme un travail de défrichage servant à rendre plus perméables les frontières entre les services. »
Équipe itinérance, CSSS de Gatineau

Reconstituer l’histoire médicale dans une situation de refus de soins

 « Suite à un accident, après quarante ans de vie stable, une rupture dans les services a fait en sorte qu’il s’est retrouvé dans l’itinérance. »
Équipe itinérance, CSSS Jeanne-Mance, Montréal

Collaborations entre policiers et intervenants: place à l’adaptation 

 « La philosophie policière d’intervention n’est pas semblable à la nôtre tout simplement parce que les situations pour lesquelles ils sont appelés sont caractérisées par l’urgence. Ce n’est pas leur mandat de faire des suivis une fois que le comportement dérangeant n’est plus présent. »
Équipe Itinérance, CSSS de Laval

Outreach : un réseau de collaboration indispensable

 « Avec le temps, j’ai compris l’importance d’expliquer nos interventions, les impasses que nous vivons ainsi que les raisons qui justifient notre demande. »
Équipe itinérance, CSSS Jeanne-Mance, Montréal

Advocacy à travers le soin

« La particularité de l’Équipe itinérance est de ne pas abandonner devant les situations apparemment sans issue. L’idée des empreintes digitales était peut-être audacieuse, mais elle nous a permis de dénouer l’impasse. »
Équipe Itinérance, CSSS Jeanne-Mance, Montréal

Soigner et protéger : entre responsabilités professionnelles et volonté individuelle

« J’ai expliqué au personnel de l’urgence qu’il est à haut risque de fugue et demandé s’il est possible qu’il reçoive rapidement les services.»
Équipe itinérance, CSSS Jeanne-Mance, Montréal

Affirmer sa place comme Équipe itinérance au sein de l’institution

 « Notre mandat est de rendre accessibles aux populations vulnérables tous les services du CSSS dans un effort pour décloisonner les secteurs. »
Équipe Itinérance, CSSS de Gatineau

Redémarrage d’une Table de concertation

 « Les acteurs-terrain ont constaté que nous étions sensibles à leur réalité et que nous sommes confrontés aux mêmes luttes pour la reconnaissance. »
Équipe Itinérance, CSSS de Laval

Collaboration avec l’urgence psychiatrique d’un centre hospitalier

 « Lorsqu’un psychiatre donne congé à un patient qui n’a d’autres options que de se retrouver au refuge, il peut s’assurer que l’Équipe prendra le relais. »
Équipe Itinérance, CSSS-IUGS de Sherbrooke

À l’interface des acteurs en itinérance : repenser le « faire ensemble »

 « Notre rôle consiste à rétablir les faits pour faire contrepoids à la désinformation souvent véhiculée au sujet des personnes itinérantes. »
Équipe Itinérance, CSSS Jeanne-Mance, Montréal

Une réflexion sur l’action : impact de la participation à une recherche

 « La recherche a eu un impact sur notre détermination à poursuivre avec notre approche d’intervention centrée sur le bien-être. »
Équipe Itinérance, CSSS de Laval