Collaboration interprofessionnelle: qu'apprend-on des pratiques développées?

« Parfois, c’est en constatant les impasses du système qu’on en arrive à faire les choses autrement. En ce sens, le sentiment d’échec peut être mobilisateur… »

Quel était l’objet de ce séminaire?

Quelles sont les valeurs et les conditions qui facilitent la collaboration interprofessionnelle dans les pratiques cliniques? Quels sont les défis et les écueils rencontrés? Comment renforcer les capacités de collaboration entre les professionnels? Quels impacts pour les personnes et leurs familles?

Présentations de Sylvie Gendron, professeure à la Faculté des sciences infirmières, Université de Montréal, Nancy Keays, infirmière clinicienne à l’équipe itinérance et services migrants du CSSS Jeanne-Mance et Marie-Claude Rose, professionnelle de recherche au CREMIS

Quelles recherches et expériences pratiques ont été au centre des réflexions de ce séminaire?

Nouvelles pratiques de collaboration entre policiers et intervenants de la santé et des services sociaux dans l’intervention en itinérance à Montréal

Cette recherche vise à documenter l’intervention qui se déploie actuellement dans le cadre de l’équipe mobile de référence et d’intervention en itinérance (EMRII) qui est composée de policiers et d’intervenants sociaux (travailleur social, éducateur spécialisé et de santé (infirmiers). Cette équipe, se veut une alternative pour offrir des réponses individualisées à des personnes en situation d’itinérance, vulnérables et faisant l’objet de nombreuses interventions policières.

En plus de résultats de cette recherche présentés par Marie-Claude Rose, Nancy Keays, infirmière de longue date au CSSS Jeanne-Mance a parlé de son expérience au sein de diverses équipes interprofessionnelles. Sa présentation a permis de réitéré le rôle significatif que jouent les gestionnaires, l’importance d’accorder aux professionnels des marges de manœuvre pour qu’ils développent leur créativité.

Vous voulez en savoir plus?

L’évaluation du programme Services intégrés en périnatalité (SIPPE)

La seconde présentation, réalisée par Sylvie Gendron, portait sur une recherche visant à évaluer le programme Services intégrés en périnatalité et petite enfance (SIPPE). Il s’agit d’un programme national, implanté dans tous les CSSS du Québec. L’objectif de cette recherche était de mieux comprendre comment fonctionne ce programme et de documenter les pratiques intersectorielles et interdisciplinaires. 

  • Diverses modalités de collaboration : Des façons de travailler ensemble parfois plus ouvertes et fluides et les porteurs de dossiers étaient identifiés selon les ressources présentes. Dans d’autres cas, les infirmières étaient la porte d’entrée vers les autres services et assuraient la liaison vers d’autres professionnels au besoin.
  • Les pratiques innovantes se déploient souvent dans des espaces de collaboration entre acteurs de différents milieux et combinant différents types de savoirs.
  • Le travail d’équipe ne se fait pas facilement au sein du programme SIPPE et requiert un investissement considérable de temps de négociation.
  • Le rôle des médiateurs (ceux et celles qui soutiennent les espaces de collaboration).
  • Nécessité de s’attarder aux conditions qui favorisent les collaborations.

Vous voulez en savoir plus?

Consulter le rapport de recherche "Évaluation du Programme de soutien aux jeunes parents (PSJP) des Services intégrés en périnatalité et pour la petite enfance à l'intention des familles vivant en contexte de vulnérabilité".

Quelles sont les pistes de réflexion qui se dégagent?

Les échanges avec la salle ont porté plus spécifiquement sur les questions suivantes et les pistes de réflexion suivantes :

  • L’équipe EMRII a été mise sur pied afin de sortir des impasses, palier aux limites des services en place et la difficulté à rejoindre les personnes et leurs besoins. Ce constat d’impuissance est vécu dans d’autres milieux de pratique. Mais dans les faits, comment peut-on faire différemment?
  • Comment peut-on arriver à sortir du cadre? Dans quel contexte pouvons-nous expérimenter? Quelles sont les conditions favorables au développement de pratiques innovantes?  On souligne l’importance accrue d’avoir des gestionnaires qui font confiance à leur personnel et qui permettent d’être créatifs.
  • Le travail de collaboration interprofessionnelle peut-il offrir la possibilité de créer un espace pour exprimer la faillibilité des différents savoirs et les impuissances? Cet espace est-il nécessaire pour pouvoir entamer des démarches « pour faire autrement »?
  • Comment, dans la collaboration, ne pas en arriver à subordonner une logique à une autre? Comment favoriser le développement d’une culture de réflexivité  au sein des équipes qui travaillent ensemble, puisque cela semble capital? Comment maintenir un équilibre entre les différents professionnels, les « lunettes » d’intervention et ses finalités? Comment communiquer et réfléchir ensemble?
  • Comment penser la question du partager de connaissances et de la pérennisation de cette façon de travailler ensemble?