Pour en savoir plus sur la recherche

La recherche en un clin d’œil 

La pratique sportive ne mène pas automatiquement au développement d’habiletés de vie. Plusieurs auteurs rappellent que les expériences vécues lors de la participation à des équipes sportives ne sont pas nécessairement positives et que le sport peut contribuer au développement à la fois d’habiletés pro-sociales et anti-sociales chez les jeunes dépendamment des expériences qu’ils ont vécues dans le contexte sportif.

Les recherches démontrent la nécessité de maintenir un équilibre entre la performance sportive et le développement psychosocial.

Plusieurs participants ont évoqué l’importance de servir de modèles positifs et de fournir du soutien social auprès de la nouvelle génération à travers leur implication (après leur sortie du secondaire) dans le programme à titre d’assistant-entraineur. BdmB ne contribue pas seulement au développement psychosocial individuel mais également à la création d’un groupe d’appartenance.

Ce projet de recherche a permis de réitérer le fait que le transfert des habiletés ciblées de vie par le programme à d’autres domaines d’activités ne se fait pas de soi. Les résultats illustrent la nécessité d’accompagner les jeunes afin qu’ils puissent maximiser les apprentissages vécus dans le programme et surtout les aider à faire des liens entre ces apprentissages et leur projet de vie futur.

Les différentes recensions d’écrits effectuées dans le cadre de cette recherche ont permis d’en apprendre plus sur les pratiques des intervenants impliqués dans le milieu du sport à l’école. Lorsqu’un adolescent éprouve des difficultés à l’école, il semble que les pratiques courantes tendent à lui retirer le privilège de faire son sport. Ces constats posés, les résultats suggèrent que la pratique sportive peut être une source de motivation à l’école.

Plusieurs auteurs se sont penchés sur les retombées que les sports peuvent avoir chez les filles. Des auteurs suggèrent que le sport peut permettre de développer des habiletés reliées au travail en équipe, à la gestion de la pression, du stress et de la compétition. Bien que ce type de retombées puisse également s’observer chez les garçons, la pratique sportive permettrait de répondre à des problématiques plus particulièrement vécues chez les filles. Les chercheurs rapportent une association entre la pratique sportive chez les filles et le gain de la confiance en soi, ainsi qu’une meilleure assurance et perception de soi, de ses habiletés et de ses capacités.

Vue d'ensemble du projet de recherche menée par Suzanne Laberge.

Vidéo sur BdmB réalisé par l'équipe Parcours.http://parcours.uqam.ca/zone-video/capsules/205-bien-dans-mes-baskets.html

Intéressé à entreprendre des études sur un thème connexe?  Des études ultérieures sur un plus grand nombre de participants et sur une plus longue période de temps seraient nécessaires pour mettre davantage en lumière l’efficacité de l’intervention psychosociale dans un contexte sportif comparativement à des interventions psychosociales traditionnelles ou des programmes sports-études. Des recherches plus spécifiques au travail social seraient également pertinentes, notamment en ce qui a trait à l’intervention de groupe.