Les entraîneur-es intervenant-es

« Moi je le mentionne, "dans la vie, c’est comme ça", ou "dans la vie ben ce n’est pas comme cela.". [...] On leur donne des leçons de vie en même temps (…) Je fais ça à l’intérieur du basket, j’intègre cela au basket. Fait que, ils ne voient pas cela comme une morale. »

-Entraineur à Bien dans mes baskets

Cette étude a été réalisée par Suzanne Laberge,  professeure au Département de kinésiologie de l'Université de Montréal et chercheure associée au CREMIS du CSSS Jeanne-Mance et Stéphanie Crevier-Couture, professionnelle de recherche au Département de kinésiologie de l'Université de Montréal.

Quel était l’objectif de cette étude?

Documenter le profil des entraîneur-es-intervenant-es impliqué-es dans le programme, leurs interventions auprès des jeunes et leurs besoins en terme de formations additionnelles, ainsi que de connaître leurs perceptions quant aux forces du programme et leurs suggestions en vue d’éventuelles améliorations.

Qu’est-ce qui a été fait?

L’équipe de recherche a privilégié une méthode qualitative.

Des entretiens semi-directifs ont été réalisés auprès de 12 des 14 entraîneu-res-intervenant-es en poste au cours de l’année 2012-2013.

Trois femmes et neuf hommes ont participé à cette étude.

Trois thématiques principales ont été examinées :

  • Le profil des entraîneur-es-intervenant-es;
  • Les interventions auprès des jeunes dans le cadre des activités de Bien dans mes baskets (BdmB) (les habiletés de vie ciblées par leurs interventions auprès des jeunes, les changements de comportements observés chez les jeunes, les stratégies utilisées, leur conception quant à la spécificité des interventions auprès des filles, les facteurs facilitant leurs interventions et les obstacles);
  • Leur perception du programme BdmB en termes de forces et leurs suggestions d’améliorations éventuelles.

Quelques faits saillants des résultats 

Quel est le profil des entraîneurs?

  • Presque la totalité des entraineur-es-intervenant-es interviewé-es ont joué au basketball lorsqu’ils étaient étudiants au secondaire.  La majorité a également plus de deux ans d’expérience à titre d’entraineurs;
  • Au niveau de la formation académique, le profil est relativement diversifié;
  • Pour la majorité, c’est la passion pour le basketball, jumelé à une volonté d’aider des jeunes en difficulté, qui les a amenés à offrir leur service.

Quelles sont les habiletés ciblées par les entraîneur-es-intervenant-es et les transformations observées chez les jeunes?

  • Les entraîneur-es-intervenant-es qui s’impliquent dans BdmB en connaissent en général la philosophie et les objectifs dont celui de développer non seulement des habiletés sportives mais également, et même surtout, des habiletés de vie personnelles et interpersonnelles.
  • Cinq catégories d’habiletés ciblées par les entraineur-es-intervenant-es se dégagent de l’analyse : les habiletés interpersonnelles, les habiletés personnelles, les habiletés scolaires, les habiletés sociales et les habiletés sportives.
  • Sans affirmer que leurs interventions soient la cause d’améliorations observées chez les jeunes de BdmB, les entraineur-es-intervenant-es ont mentionné des modifications de comportements chez les jeunes au cours de leur passage dans le programme. Ces transformations peuvent être regroupées en quatre domaines : amélioration du comportement, développement d’habiletés personnelles, modifications de l’attitude en classe et envers l’école et développement d’habiletés physiques et sportives.

Quelles sont les stratégies d’intervention utilisées auprès des jeunes ayant davantage de difficultés?

  • Bien que le programme BdmB cible des jeunes éprouvant diverses difficultés, les entraineur-es-intervenant-es n’ont pas tous reçu une formation spécifique pour intervenir auprès d'eux ou d'elles. Se référer aux travailleurs sociaux et travailleuses sociales de l’école constitue la stratégie d’intervention la plus souvent mentionnée par les entraineur-es-intervenant-es.

 

Pour en savoir plus