Les traumas, la santé physique et mentale

Les expériences traumatiques ont des impacts significatifs sur le bien-être et sur le développement des problèmes de santé mentale et de santé physique (Felliti et al., 1998; Shonkoff et al., 2012). Ces impacts, ainsi que les habitudes de vie, telle la consommation de substances pour les apaiser, contribuent à la détérioration de la santé. Selon certaines études, une proportion élevée des personnes en situation d’itinérance auraient vécu des expériences traumatiques dans l’enfance (Bramley et al., 2015; Herman, 1992). La saillance de ce thème dans les récits des personnes rencontrées vient corroborer ces résultats. Plusieurs ont parlé des violences vécues dans leur enfance et de leurs impacts, notamment sur le plan relationnel, sur leur isolement et sur leur difficulté à faire confiance. Certaines ont évoqué des problèmes de consommation et de santé mentale, tels l’anxiété, la dépression, l’état de stress post-traumatique, le déficit d’attention avec hyperactivité (TDAH) et le trouble de la personnalité. Ces diagnostics sont reconnus comme étant fréquemment associés à un vécu traumatique (Mueser, Salyers et al., 2004; Herman, 1992).

Si certaines personnes font un lien entre les événements du passé et leur situation actuelle, d’autres peuvent ne pas reconnaître l’impact traumatique sur elles de divers rapports abusifs ou de domination qu’elles auraient subis dans le passé, s’attribuant souvent la responsabilité de leurs difficultés. La population environnante, dans un contexte global où la responsabilisation individuelle constitue l’idéologie dominante et où les rapports sociaux sont en large part occultés, peut aussi voir dans la pauvreté extrême et le manque de logement la « faute » des personnes concernées. Les personnes accompagnatrices peuvent partager ce point de vue (faisant partie de la population soumise à cette idéologie) tout comme elles peuvent développer un autre regard en côtoyant les personnes accompagnées et en apprenant à connaître leurs histoires de vie. Même dans ce dernier cas, il peut leur manquer la formation nécessaire pour reconnaître les traumas vécus, l’impact de ces derniers sur la santé mentale et physique et sur le sentiment de sécurité intérieure qui peut influencer le sens « d’habiter » son logement. 

Selon nos résultats, l’expérience d’habiter se décline autour de deux axes : un premier axe individuel, où des valeurs de choix, d’intimité, de sécurité, de protection dominent, et un axe relationnel, centré sur les rapports sociaux significatifs où la personne est reconnue et appréciée à l’intérieur et à l’extérieur du logement. Or, la majorité des expériences traumatiques ont eu lieu dans des logements et, pour plusieurs personnes, le logement est un espace rempli de déclencheurs traumatiques et d’insécurité. Il peut ainsi y avoir un lien direct entre la capacité d’habiter et les traumatismes vécus dont l’approche globale en accompagnement doit tenir compte.

Principe 2 : L’approche globale en accompagnement résidentiel reconnaît l’impact potentiellement traumatisant des expériences – et notamment des rapports vécus – dans les parcours de vie de différentes populations et l’effet cumulatif de ces traumas sur la santé mentale et physique. Les personnes accompagnatrices ont accès aux formations nécessaires pour savoir comment accompagner les personnes ayant vécu des traumas et les aider à limiter (et à comprendre) l’impact de ces expériences traumatiques dans leur vie quotidienne.

Pour lire le rapport thématique sur le point de vue des personnes accompagnées, c'est ici

Pour lire le rapport thématique sur le point de vue des personnes qui accompagnent, c'est ici

Pour écouter le webinaire thématique en différé, c'est ici


Crédits pour la capsule vidéo
Réalisation et production : Christine Chevarie
Direction photo : François Vincelette
Montage : Emilie Baillargeon
Conception sonore : Mélanie Gauthier
Musique originale : Jérôme Minière
Infographie : Martin Desrochers
Voix : Maxime Cormier et Marika Lhoumeau
Figurants : Édith Robert, Jérémy Puech, Émy Létourneau et Alexis Pearson

Références dans le texte

Bramley G, Fitzpatrick S, Edwards J, Ford D, Johnsen S, Sosenko F, Watkins D. Hard Edges: mapping severe and multiple disadvantage in England. London: Lankelly Chase Foundation; 2015.

Felitti VJ, Anda RF, Nordenberg D, Williamson DF, Spitz AM, Edwards V, Koss MP, Marks, JS. Relationship of childhood abuse and household dysfunction to many of the leading causes of death in adults. The Adverse Childhood Experiences (ACE) Study. American Journal of Preventive  Medecine. 1998;14(4): 245-58.

Herman JL. Trauma and recovery. New York: Basic Books ; 1992.

Mueser KT, Salyers MP, Rosenberg SD, Goodman LA, Essock SM, Osher FC, Swartz MS, Butterfield MI. Interpersonal trauma and posttraumatic stress disorder in patients with severe mental illness: demographic, clinical, and health correlates. Schizophrenia Bulletin. 2004;30(1): 45-57.

Shonkoff JP, Garner AS. The lifelong effects of early childhood adversity and toxic stress.  Pediatrics. 2012;129(1): 232-46.