Giguère et al (2019) - Contrainte

Les rôles professionnels face aux demandes de certificats pour contrainte sévère à l'emploi et les conséquences du suivi offert sur les trajectoires des patients : Projet pilote au Centre de Recherche et d'Aide pour Narcomanes (CRAN)

Au Québec, l’aide financière de dernier recours est divisée en deux programmes distincts : le programme d’aide sociale et le programme de solidarité sociale. Le programme de solidarité sociale permet d'obtenir un revenu plus élevé (le "gros chèque"), pouvant totaliser plus de 50% du revenu d'aide sociale. Pour qu’une personne bénéficiaire de l’aide financière de dernier recours puisse accéder à ce programme, un rapport médical statuant sur la contrainte sévère à l’emploi, signé par un médecin et validé par le Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale (MTESS), est nécessaire. Or, l’accès à ce programme pose des enjeux importants, tant pour les personnes bénéficiaires de l’aide financière de dernier recours et leurs intervenants, que pour les médecins à qui l'on a confié la délicate tâche de remplir les rapports médicaux et de statuer sur la capacité au travail. Cette recherche menée au CREMIS permet de dégager quelques pratiques jugées prometteuses pour rendre plus équitable l’accès au programme de solidarité sociale et pour minimiser l’impact potentiellement néfaste du processus sur les personnes requérantes.

Pour lire la Synthèse des résultats (37 pages), c'est ici

Pour lire le Résumé exécutif (5 pages), c'est ici