Séminaire "Usages militants du droit"

Thème: 
Séminaires
Date: 
19 Février 2018 - 13:30 - 16:30

Lieu: 66 rue Sainte-Catherine Est, Montréal, 6e étage, local 603

Ce séminaire s'inscrit dans le champ thématique "Inégalités sociales, justice et droit" du CREMIS, porté par Emmanuelle Bernheim (professeure, Sciences juridiques, UQAM, membre du CREMIS) et Nicolas Sallée (professeur, Sociologie, UdM, membre du CREMIS). Des présentations permettront de lancer les échanges:

Le droit dans le regard des militant-e-s- du mouvement vert au Québec : ambivalences, espoirs et contraintes

Laurence Guénette, étudiante à la maîtrise en Droit et Société à l'UQAM et Anouk Nadeau-Farley, militante aux expériences riches et diversifiées œuvrant actuellement auprès de la fondation Coule pas chez nous!

Laurence Guénette dressera un portrait du mouvement vert québécois et des expériences juridiques qui ont marqué les esprits dans l’histoire récente, tant la mobilisation du droit dans une cause que certains épisodes d’usages répressifs du droit contre les militant-e-s. Elle proposera ensuite un aperçu des Legal Consciousness Studies et de l’apport de ce cadre théorique pour l’étude des rapports des militant-e-s au droit.

Anouk Nadeau-Farley offrira ses perspectives au sujet du droit à la lumière d’expériences et de constats personnels, de postures critiques et d’intuitions stratégiques. Elle partagera notamment les défis et impacts vécus à l’occasion d’une poursuite judiciaire dans le contexte de son activisme, expérience répressive qui a contribué à forger ses réflexions au sujet du droit.

La mobilisation du droit par les organismes communautaires de lutte au VIH/sida au Québec : entre action et représentations des droits de la personne

Christine Vézina, professeure adjointe à la faculté de droit de l'Université Laval

Au Québec, le champ social de la lutte communautaire au VIH/sida est un secteur de la santé particulièrement marqué par diverses stratégies de mobilisation des droits de la personne émanant de nombreux organismes.  Au-delà de la mobilisation judiciaire – plus ponctuelle et circonstancielle, les mobilisations experte et informative du droit sont particulièrement représentatives du répertoire de l’action collective de ces organismes. En visant, respectivement, à inscrire les « préférences normatives » des organismes de lutte au VIH dans les politiques publiques, les stratégies gouvernementales et les cadres institutionnels et à changer les pratiques quotidiennes, notamment dans une perspective d’auto-capacitation, ces initiatives s’inscrivent dans un continuum de stratégies plurielles susceptibles de mitiger les écueils de la mobilisation judiciaire et d’agir sur divers déterminants des luttes sociales.  Porteuses de transformation sociales, ces pratiques rendent compte des attentes et des perceptions des organismes de lutte au VIH à l’égard des droits de la personne lesquelles continuent d’être marquées par une sous-représentation des droits économiques sociaux et culturels et en particulier, du droit à la santé.

 

Séminaire ouvert à toutes et à tous. Pour vous inscrire gratuitement: lourdes.courtois.ccsmtl@ssss.gouv.qc.ca

 

Archives