L’État social « actif »: perspectives critiques

Thème: 
Séminaires
Date: 
8 Juin 2018 - 9:00 - 12:00

Lieu: 66 rue Sainte-Catherine Est, local 603

La plupart des pays occidentaux ont connu dans les dernières décennies des réformes visant « l’activation » de leurs régimes de protection sociale. Ces changements reposent sur un diagnostic d’essoufflement ou même d’échec de l’État social, dit « État-providence », face à la montée du chômage, à la cristallisation de la pauvreté et à la « crise » des finances publiques. Dans ce contexte, il s’agit pour les pouvoirs publics de transformer les dépenses sociales « passives » en leviers pour favoriser la participation du plus grand nombre au marché de l’emploi. La généralisation de cette logique de l’activation traduit une certaine vision de la société et du lien social. Ainsi, on assiste à un recul graduel de l’idée de responsabilité collective et de protection sociale au profit d’une réthorique politique de la responsabilité individuelle et de l’investissement social. Dans le domaine de l’assistance, le droit à des prestations sur la base des besoins cède peu à peu la place à de nouvelles formes de conditionnalité, liées à l’adoption de certains comportements vis-à-vis le marché de l’emploi. 

Qu’en est-il au Québec en 2018? Quels constats pouvons-nous tirer de plus ou moins 25 ans d’activation des politiques sociales? Entre « activation de la protection sociale » et « activation des individus » - chômeurs et chômeuses, femmes, personnes âgées -, quels visages prend l’État social « actif » et quels sont les impacts sur les populations?  Comment le modèle de « l’État social actif » peut-il être mis en relief avec la question des inégalités sociales? Ce séminaire sera l’occasion d’aborder ces questionnement sous différents angles, celui des politiques comme celui des pratiques des différents acteurs et actrices qui, au sein ou à la périphérie de l’État, mettent en oeuvre ces politiques.

Avec des présentations de:

Marie-Pierre Boucher, département de relations industrielles, UQO

Audrey Gonin, école de travail social, UQAM, membre du CREMIS

Antoine Dubé-Poitras, Carrefour Jeunesse Emploi du Plateau

Catherine Charron, stagiaire postdoctorale au CREMIS

 

Pour vous inscrire: jennifer.pion.ccsmtl@ssss.gouv.qc.ca

Archives